Le Site MobileFacebookTwitter
Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux – DASRI Attention contrôles !
Article créé le 23/09/2019
Accueil / Le Mag / A la une
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo

Régulièrement nous revenons au travers de cette newsletter sur la problématique des DASRI qui arrivent en permanence au centre de tri de Calce. Outre le fait que chaque présence détectée sur les tapis de tri entraine automatiquement un arrêt de la chaine de tri, quantifiée à ce jour à 4 jours ouvrés/mois ou 48 jours/an, perturbant de manière sensible l’équilibre économique du centre de tri, elle expose aussi les trieurs à des risques non seulement physiques mais aussi psychologiques.

 

Pour tenter d’apporter une solution à cette problématique, le syndicat a lancé depuis le printemps dernier une vague hebdomadaire de contrôles des bacs jaunes mis à disposition des praticiens de santé. Toutes les spécialités sont concernées, médecins généralistes, infirmiers, pédiatres, orthodontistes, acupuncteurs mais aussi tatoueurs et vétérinaires… Chaque semaine, apporte son lot de découvertes pouvant aller du sac jaune DASRI rempli de déchets mous contaminés (masques, gants, gazes, compresses, pansements souillés) jusqu’aux aiguilles, seringues et lancettes usagées jetées par ces professionnels dans les bacs jaunes à destination du tri sélectif.

 

Pour chaque cas repéré, une procédure d’information et de sensibilisation est mise œuvre par les agents du syndicat afin de :

  • ·     Rappeler aux professionnels leurs obligations règlementaires en matière de gestion des Déchets d’activités de soins à risques infectieux.
  • ·     Proposer un module de sensibilisation à la gestion des DASRI destiné à leurs personnels d’entretien.

En parallèle, les bacs identifiés comme défaillants sont sortis du circuit de collecte du tri sélectif et réorientés vers la collecte des ordures ménagères après en avoir informé les services de l’EPCI concernée.

Les praticiens identifiés comme défaillants font par la suite l’objets de nouveaux contrôles afin de vérifier la mise en place du respect des bonnes filières. En cas de récidive, le dossier est transmis à l’ARS qui dispose de moyens de pression beaucoup plus adaptés.

SYDETOM66
SYDETOM WEBTV
Facebook Twitter
Site Mobile
Zone de téléchargements
Sydetom en photos
Espace collectivités
Marchés publics
Contact & Accès
Découvrez le site du compostage
Consultez notre charte de protection des données personnelles
Crédits Photos : Yann Le Borgne - JR PAC Photography - Marcel Pixel